Comment vaincre la dépression
5 (100%) 34 vote[s]

Comment Vaincre la dépression… un mal qui ronge notre siècle…

La dépression touche un nombre impressionnant de personnes et voila bien un sujet d’actualité s’il en est. Entre la dépression due à la pression au travail plus communément appelé « Burnout« ,  les gens seuls, en situation précaires, ceux qui ont perdu un proche, les déceptions amoureuses ou encore les personnes en dépression qui, à première vu n’ont aucune raison de l’être, nous pouvons dire que nous vivons dans une époque qui fait tout pour maintenir les gens dans cet état déprimé de morosité et de mal qui peut parfois pousser jusqu’au suicide. Je voudrais commencer par vous dire cher lecteur et si vous êtes dans cet état que vous êtes beau ou belle, que votre vos vie vaut la peine et que vous avez des qualités.L’état dans lequel vous êtes n’est pas de votre faute et surtout ne vous accablées pas! Vous êtes un être unique qui n’a pas sont pareil et surtout que vous allez vous en sortir!

Qu’est-ce que la dépression:

Tout d’abord il faut bien être conscient qu’il s’agit bel et bien d’une maladie qui peut toucher absolument tout le monde et qu’en aucun cas on peut assimiler la dépression à une quelconque faiblesse de caractère. Il n’y a pas non plus de fatalité car je le répète il s’agit d’une maladie! Le plus gros problème est que cette maladie est bien souvent mal comprise tant que l’on ne pas vécue. Du fait de l’incompréhension, les dépressif sont, la plupart du temps encore plus isolé, ce qui a pour effet d’agrandir le mal être. Il est donc très souvent difficile d’obtenir de l’aide de sa famille ou de ses amis, du fait de l’incompréhension et aussi de la peur que peut provoquer cette maladie. Peur de se l’avouer, peur d’en parler, peur de sortir, peur de voir des gens, peur d’être jugé… et j’en passe.

Nous ne parlons pas ici d’un simple « coup de déprime » mais bel et bien d’une maladie qui touche un grand nombre de personnes, vous n’êtes pas seul donc…

Il faut bien être conscient que ce n’est pas que dans votre tète que cela se passe mais qu’il s’agit d’une véritable maladie, oui j’insiste! Et qui dit maladie, dit besoin de soin et d’attention. On ne vous reprochera pas d’avoir attrapé un rhum ou une gastro n’est ce pas? Non, on va vous octroyer du repos, des soins et de l’attention. Et bien pour la dépression c’est exactement la même chose à la différence qu’elle peut être causé par des déceptions ou des chocs dans la vie. Les éléments déclencheurs sont variés et peuvent avoir des effets à plus ou moins long terme. Par exemple une déception amoureuse ou un échec professionnel peuvent avoir comme conséquence une dépression à plus ou moins long terme, chez la plupart des gens c’est un épisode plus ou moins court mais chez d’autre la dépression devient chronique, les symptômes s’accentues et ils ne disparaissent pas.

Symptômes de la dépression:

Comment savez-vous que vous souffrez de dépression ?

1. éprouvez-vous une humeur dépressive pendant la majeure partie de la journée ?

2. Avez-vous remarqué une diminution de votre intérêt et de votre capacité à ressentir de la joie dans la plupart des domaines d’activité ?

3. Avez-vous connu une diminution ou une augmentation significative de votre appétit et des changements de poids notables qui l’accompagnent ?

4. Avez-vous connu une diminution ou une augmentation significative de vos besoins en sommeil et de l’insomnie ?

5. Avez-vous connu un ralentissement ou une excitation psychomotrice ?

6. avez-vous ressenti de la fatigue ou une perte d’énergie ?

7. avez-vous éprouvé un sentiment d’inutilité ou de culpabilité inadéquate ?

8. avez-vous de la difficulté à concentrer votre attention, à prendre des décisions et à réfléchir ?

9. avez-vous des pensées suicidaires ou des pensées suicidaires récurrentes ou des pensées de mort ?

La reconnaissance d’une dépression est légitime si la plupart de ces symptômes (au moins cinq, y compris la dépression ou la perte d’intérêt ou de plaisir) se produisent tout au long de la journée et presque quotidiennement pendant deux semaines consécutives.

Types de dépression

Dysthymie – l’humeur dépressive est présente depuis au moins deux ans. Le patient ressent une baisse d’humeur pendant la plupart des jours de cette période. Il y a au moins deux autres symptômes de dépression, mais pas assez persistants et graves pour répondre aux critères de la dépression grave. Au cours de la période vérifiée, aucune manie ou hyposmie n’a été constatée.

Troubles de l’adaptation avec humeur réduite – le patient réagit avec une humeur dépressive inadéquate à un stress spécifique, qui s’est produit au cours des trois derniers mois, et le stress n’est pas la mort d’une personne proche. Les symptômes doivent disparaître dans les six mois suivant la cessation de l’activité de l’agent stressant.

Grand trouble dépressif – un patient a eu un ou plusieurs grands épisodes dépressifs et aucun épisode maniaque ou hypomaniaque derrière lui. Les symptômes comprennent une baisse significative et persistante de l’humeur ou une perte de plaisir pendant au moins deux semaines, accompagnée d’au moins quatre symptômes tels qu’une diminution de l’appétit, de l’insomnie, un retard psychomoteur, de la fatigue, un manque de valeur ou de culpabilité, des problèmes de concentration et des pensées de mort et de suicide.

Troubles de l’humeur causés par l’état de santé général – le patient a une humeur nettement réduite avec des symptômes accompagnant la grande dépression, dont la cause principale est considérée comme étant les conséquences physiologiques des maladies. Ces effets concernent les maladies neurologiques dégénératives telles que la maladie de Parkinson ou les accidents vasculaires cérébraux et les maladies métaboliques et endocriniennes, les infections virales (y compris le SIDA) et certains cancers.

Troubles de l’humeur causés par des substances psychoactives – le patient souffre d’une dépression grave et persistante causée, comme on le croit, par les effets physiologiques directs des substances utilisées dans le traitement ou en raison d’une dépendance. La dépression est associée à une intoxication ou à des symptômes de sevrage.

Dépression avec des traits mélancoliques – les fluctuations caractéristiques du rythme quotidien, la dépression s’intensifie habituellement le matin, la personne qui s’y immerge montre une culpabilité excessive et inadéquate, se réveille tôt, suit un changement significatif de son activité psychomotrice (ralentissement ou agitation), accompagné d’une diminution marquée de l’appétit et une perte de poids corporel.

Les dépressions masquées sont des syndromes dépressifs dans lesquels prédominent un ou deux symptômes autres que ceux mentionnés dans une dépression typique. « Les  » masques  » sont habituellement divers types de douleur, de troubles du sommeil, d’anorexie ou d’abus d’alcool périodique.

Dépression saisonnière – désigne les formes de la maladie qui apparaissent clairement à un moment précis de l’année, habituellement en automne ou en hiver. Ces épisodes dépressifs se caractérisent par de faibles niveaux d’énergie, des rythmes de sommeil plus élevés, une suralimentation et un gain de poids, ainsi qu’un désir d’aliments riches en glucides.

Dépression Anxieuse – se manifeste avec un sentiment d’anxiété particulièrement fort, avec comme symptômes dominant une réduction significative de l’estime de soi, et une vision noire de l’avenir. Les personnes atteintes de ce type de dépression courent un risque élevé de suicide.

Dépression psychotique – au cours de ce type de dépression, des hallucinations et des délires apparaissent. Ils sont généralement dominés par des sujets dépressifs, tels que les sentiments de culpabilité découlant de la croyance du patient qu’ils ont causé une misère terrible, qu’ils méritent une punition ou qu’ils sont punis, des croyances nihilistes (sur la fin du monde ou la mort) ou des délires corporels (la croyance que le corps se décompose).

Dépression inhibée – également connue sous le nom d’étourdissement dépressif. Les patients ne s’adonnent à aucune activité et ne peuvent être contactés verbalement. Ils ont une expression faciale gelée et souffrante. Ils arrêtent de manger. Une telle dépression nécessite un traitement hospitalier intensif.

La dépression postnatale (baby blues) est un état dépressif causé par les changements hormonaux qui accompagnent la grossesse et une grande responsabilité après l’accouchement associée aux soins du bébé. L’un des symptômes les plus courants est le sentiment d’être une mauvaise mère, combiné à une préoccupation obsessionnelle pour la santé de l’enfant. On croit que les femmes qui tombent dans la dépression après la naissance de leur bébé ont déjà eu des problèmes émotionnels et se sont montrées susceptibles de se blesser.

Qui souffre de dépression (épidémiologie) ?

Bien que, dans la plupart des cas, la dépression survienne chez les personnes qui en sont à un stade précoce ou intermédiaire de leur maturité, elle peut survenir à n’importe quelle période de la vie, de l’enfance à la vieillesse. Les troubles dépressifs sont fréquents, 1 personne sur 6 à un moment de sa vie tombe dans un état correspondant à ce diagnostic. En ce qui concerne la prévalence de ce trouble affectif lié au sexe, on sait que les femmes sont deux fois plus susceptibles de souffrir de dépression que les hommes. De nombreux facteurs, allant des facteurs hormonaux aux facteurs sociaux et politiques, expliquent ce fait et soulignent, entre autres, que la vie des femmes est plus stressante et qu’elles ont moins de ressources efficaces pour faire face à la dépression. On constate que la dépression devient de plus en plus un problème pour les jeunes et les adolescents, probablement en grande partie en raison de l’évolution des conditions sociales. En effet, il faut bien prendre en considération que notre monde change et devient de plus en plus exigeant, les réseau sociaux par exemple comme Facebook, Twitter, Snapchat, Instagram etc… font que tout va plus vite et que les ado ou même les enfants peuvent être sur exposé aux moqueries en tout genre du fait d’une quelconque différence ou d’une quelconque timidité. Il est donc important de bien surveiller l’exposition de nos enfants sur les réseaux sociaux. De plus il faut également considérer qu’ils ne vivent pas leur enfance dans le même monde que celui que l’ont a connu ou l’ont est constamment en surdose d’information notamment avec internet. La dépression est une menace sérieuse pour les personnes âgées et peut contribuer à la mort, qu’elle soit suicidaire ou causée par une diminution de la résistance aux maladies somatiques.

Causes de la dépression (étiologie)

Il existe de nombreuses théories qui expliquent le mécanisme de cette maladie. Ils mettent en évidence les aspects biologiques, intrapersonnels ou interpersonnels de la question et chacun peut être pertinent pour comprendre l’étiologie de la dépression.

Théories biologiques

Elles se basent principalement sur la recherche sur l’influence de certains médicaments sur les amines biogènes, elles disent que la dépression se produit lorsque la concentration de certains neurotransmetteurs (comme la noradrénaline ou la sérotonine) diminue dans certaines zones du cerveau. L’approche biologique est également au cœur de la théorie qui lie l’étiologie de la dépression aux troubles somatiques. Les facteurs dépresseurs peuvent être, par exemple : certains médicaments (tels que le razépine, certains contraceptifs oraux, les antihypertenseurs et divers tranquillisants), les drogues créant une dépendance (alcool, barbituriques, Stimuli, hallucinogènes), maladies neurologiques, troubles métaboliques et endocriniens, maladies cardiaques, interventions chirurgicales, maladies rénales, hépatiques et respiratoires (Hollister, 1983).
La dépression peut être secondaire à des maladies dévastatrices et vice versa. Si vous souffrez d’un trouble physiologique en plus des symptômes de la dépression, ce peut être un cas normal, mais la combinaison de ces symptômes peut parfois avoir un impact décisif sur votre traitement.
Les théories biologiques incluent également celles qui suggèrent la nature héréditaire de la dépression. Dans 25 à 40 % des répondants souffrant de troubles de l’humeur, au moins un parent ou un autre proche parent a reçu un diagnostic de maladie affective (Clayton, 1983). Puisque la dépression est plus souvent diagnostiquée chez les femmes que chez les hommes, des théories ont émergé que l’hérédité possible de la maladie est également liée au chromosome X. Jusqu’à présent, cependant, il n’y a pas suffisamment de preuves à cet égard. L’influence des hormones féminines (en particulier la dépression postnatale et la puberté) est également considérée comme un facteur étiologique important, mais cette hypothèse n’a pas encore été entièrement confirmée. De plus, comme la dépression est deux fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, il est probable que le sexe n’est pas vraiment d’influence en termes de risque de la maladie. La disproportion observée s’explique peut-être par les différences dans les critères diagnostiques appliqués aux hommes et aux femmes (Davison et Neale, 1986).

Théories intRApersonnelles

Par « intrapersonnel », nous entendons les théories qui traitent la dépression comme un problème interne de l’individu. Il s’agit notamment des modèles psychodynamique, cognitif et d' »impuissance apprise ».
Dans le modèle psychodynamique, on suppose que la principale composante de la dépression est le sentiment de « perte ». Selon Freud (1917), certains individus rendent leur estime de soi trop dépendante des autres (ce qui est dû à une satisfaction insuffisante ou excessive des besoins en phase orale). Par conséquent, lorsqu’un individu perd (par exemple à cause de la mort ou de l’abandon) un proche dont il dépend, il éprouve un sentiment de colère. Il ne peut pas exprimer directement sa colère, c’est pourquoi il la dirige vers l’intérieur, elle se transforme en un sentiment de culpabilité et de haine envers lui-même, caractéristique des patients souffrant de dépression.
Dans le modèle cognitif (Beck 1979), la dépression est présentée comme le produit d’une pensée incorrecte. Selon Beck, les émotions sont une conséquence de la pensée, et la dépression résulte d’un mode de pensée négatif, détaché de la réalité. Un système de croyances négatives doit être créé dans l’enfance avant que des épisodes dépressifs ne se produisent. La perception et l’action subséquente déterminent l’interprétation des événements actuels – et par conséquent, si la perception d’une personne est constamment négative, cela affaiblit la motivation et contribue au développement de la dépression.
Le modèle de « l’impuissance apprise » de Martin Seligman (1983) lie le développement de la dépression à un sentiment enraciné d’un manque de contrôle sur une situation qui a été perpétuée par des expériences négatives. Seligman soutient que si une personne est exposée à des situations où elle se considère comme hors de contrôle des événements, elle devient impuissante, passive et vulnérable à la dépression.

Théories interpersonnelles

Selon les théories systémiques, la pathologie d’un individu est le reflet des anomalies du système dans lequel l’individu opère. C’est pourquoi le modèle interpersonnel de la dépression met particulièrement l’accent sur le rôle joué par la participation des membres de la société à laquelle le patient s’identifie dans la thérapie. Ceci est dû à la croyance que la dépression se produit dans un contexte social et interpersonnel, comme conséquence des schémas dépressifs des relations interpersonnelles. Il s’agit notamment des changements stressants dans les rôles sociaux, des conflits entre ces rôles et des conséquences sociales des élections individuelles (Klerman, Weissman, Rounsaville et Chevron 1984).
Les stratégies développées dans le cadre de cette théorie sont basées sur des actions thérapeutiques courtes et directives, qui résultent de la conviction que la condition pour surmonter la dépression est la guérison de l’ensemble du système.

L’évolution et les conséquences de la dépression

La dépression commence habituellement à la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte, et plus tôt elle commence, plus son évolution peut être mauvaise. La plupart des épisodes dépressifs se terminent dans les 4 à 6 mois, même sans traitement. Malheureusement, la majorité des personnes qui ont vaincu à un épisode seront probablement sujet à un autre épisode, certains d’entre eux peuvent même connaître des retours répétés de la maladie. On estime qu’environ 25 % des personnes qui connaissent des épisodes dépressifs récurrents développeront une dépression chronique. Le prédicteur le plus fiable de la dépression est la dépression passée. Les enfants et les adultes ont fait leurs preuves en matière de dépression, et il y a de plus en plus de dépressions. Les conséquences de la dépression peuvent être graves. La dépression, même légère et persistante, a un impact très négatif sur le travail, la parentalité et le mariage du patient. Les conséquences de la dépression due à un mauvais fonctionnement du patient peuvent ouvrir la voie à une autre dépression sur la base d’un cercle vicieux.

Traitement

Les antidépresseurs constituent le principal traitement de la dépression. En les utilisant, il est possible d’obtenir une réduction de la dépression ou une amélioration significative chez 50 à 70% des patients traités. Dans les cas d’anxiété grave et de dépression motrice et de dépression délirante, on utilise des antipsychotiques (neuroleptiques) ayant des effets antidépresseurs (ex. lévoromazine, olanzapine) ou un traitement combiné (antidépresseurs et antipsychotiques). La psychothérapie (psychothérapie cognitive, psychothérapie interpersonnelle) est d’une grande importance dans le traitement de la dépression légère à modérée et est une composante essentielle des soins complets aux patients. La rechute vers la dépression est évitée par l’utilisation chronique d’antidépresseurs. Il est également important d’éliminer les facteurs qui peuvent avoir un impact négatif sur l’évolution des troubles affectifs, c’est-à-dire l’alcool, certaines drogues et d’autres. Le sujet des traitements peuvent être controversé car la médecine dans ce domaine évolue de manière constante et permet de traiter de plus en plus efficacement la dépression, en revanche un traitement médicamenteux n’est pas la seule et unique solution car il faut voir et analyser les causes du problème dans leur globalité. De plus il existe des moyens de s’en sortir avec des moyens comme le sport, les passions afin de regagner la confiance en soit tout en prenant conscience de sois même. Le développement personnel est un moyen de regagner la confiance en soi et d’identifier les facteurs qui nous rendent malade afin de les corriger. L’hypnose est aussi de plus en plus utilisé afin d’identifier les causes de la dépression et de les corriger. De nombreux moyens existent donc et il est possible de s’en sortir en combinant un maximum de technique au niveau des habitudes de vie.

Vaincre la dépression sans psy

Vaincre la dépression sans médicaments

Vaincre la dépression avec le sport

Vaincre la dépression au travail

Vaincre la dépression amoureuse

Vaincre la dépression après un deuil

Vaincre une dépression nerveuse

Vaincre la dépression seul

%d blogueurs aiment cette page :